Les 4 questions pièges de tout entretien d'embauche

17 mars 2020

 

Pourquoi pose-t-on des questions dans un entretien d'embauche ?

En apparence, la réponse semble simple : parce que l'interviewer veut en savoir plus sur vous, n'est-ce pas ? L'entreprise veut connaître votre formation, votre expérience, vos processus de réflexion et votre façon de gérer la pression. Mais toutes les questions d'entretien ne sont pas conçues pour votre réussite. Certaines questions sont conçues pour disqualifier les personnes non qualifiées. Et si vous n'êtes pas doué dans l'art de la conversation, vous êtes immédiatement désavantagé. En effet, lors d'un entretien d'embauche, celui qui raconte la meilleure histoire gagne. Voici comment vous assurer de détecter une question piège lorsqu'elle se présente - et ce que vous pouvez faire pour être sûr de ne pas donner la mauvaise réponse - lorsque les enjeux sont élevés.

 

 

 

1- "Alors, pourquoi ne me parlerais-tu pas un peu de toi ?

Cette question semble simple mais c'est en fait là que se trouve le piège. Le recruteur vous pose cette question pour vous tester et non pour en savoir plus sur vous. Vous ne devez pas répondre à cette question par vos années d'études ou par vos préférences musicales. Choquant, n'est-ce pas ? Si vous l'avez déjà fait lors d'un entretien, ce n'est pas grave, mais vous ne le ferez pas à nouveau.  

En fait, la vraie question est de savoir ce que vous, en tant que personne, pouvez faire pour l'entreprise. Vous ne l'avez pas vue venir, n'est-ce pas ? Alors ne parlez pas de votre diplôme et de votre dernière expérience professionnelle.  

Assurez-vous de pouvoir relier votre histoire aux attentes de l'entreprise. 

Assurez-vous de relier votre histoire à celle de la personne en face de vous, le recruteur. Mais aussi à celle de l'entreprise que vous devez mettre en avant. Si vous y parvenez, il est certain que vous ne tomberez pas dans le piège du recruteur. Et que vous vous distinguerez facilement des autres candidats. Ne stressez pas à l'avance et essayez de répondre à cette question le plus simplement et le plus clairement possible.

 

2- "Que pouvez-vous me dire de votre ancien patron ?

 Lorsque vous parlez et surtout de votre ancien patron, le recruteur peut trouver beaucoup d'informations passionnantes sur vous et sur ce que vous tolérerez et ne tolérerez pas. Et là encore, un piège vous attend à la fin de cette question car décrire son patron préféré est facile mais généralement, cela déclenche aussi la deuxième question qui lui est posée : "Parlez-moi un peu de votre pire patron ? Facile vous voulez dire parce que les patrons incompétents que vous avez eu. Mais le piège c'est que lorsque vous allez dénigrer votre ancien patron le recruteur va en fait voir vos valeurs dans le travail, ce que vous attendez d'un patron mais aussi quel genre d'employé vous êtes. Et au final, la seule personne qui sera traînée dans la boue, c'est vous. La seule solution ici est d'expliquer clairement comment vous voulez servir votre prochain patron.

 

3 "Quelle est votre plus grande faiblesse ? On dirait que cette question piège essaie de vous faire admettre vos fautes et vos défauts, non ? Mais en fait, c'est comme ça que le truc fonctionne. Il y a une question derrière la question - et vous devez voir cette question si vous voulez répondre d'une manière qui vous serve au mieux. La question qui se cache derrière Quelle est votre plus grande faiblesse ?" est en fait : dans quelle mesure avez-vous conscience de vous-même ? Un jour, je travaillais avec un client sur son "elevator pitch" (une brève présentation d'une personne, d'un produit ou d'une idée). Il a commencé par : "Je suis neuf nuances de génial. Quelle couleur voulez-vous en premier ?" Tout a un recto et un verso. Chaque personne a des forces et des faiblesses. Si vous ne pouvez pas admettre que vous n'êtes pas neuf nuances de génialité, c'est peut-être là votre plus grande faiblesse.

 

4 "Notre politique sur X est Y. Qu'en pensez-vous ?" Le piège de cette question piège est l'information incomplète. S'ils veulent vraiment vous faire trébucher, ils vous demanderont ce que vous changeriez dans cette politique. Oh là là. Si vous vous précipitez pour répondre immédiatement, on vous rappellera qui se précipite : les imbéciles. Les imbéciles se précipitent. Comprenez-vous parfaitement la politique et son impact potentiel ? Si l'on vous présente des informations incomplètes, l'astuce consiste à vous rappeler de poser des questions avant de donner vos réponses. Sinon, vous répondrez à une question que personne n'a posée, parce que vous ne connaissez pas toute l'histoire ! Soyez curieux et faites un peu de travail de détective ; de cette façon, vous ne vous ferez pas piéger.

N'oubliez pas que l'entretien d'embauche n'est pas un interrogatoire. C'est une conversation. Ces questions pièges ne sont pas conçues pour vous faire trébucher, mais si vous ne regardez pas la question derrière la question, vous trébucherez quand même. Concentrez-vous sur la manière dont votre expérience peut servir à votre prochain employeur et ne perdez pas de temps à dénigrer les différences de personnalité entre vous et votre mauvais patron. Ce type de questions vous donne l'occasion de démontrer votre éthique de travail, votre intégrité et votre style personnel, exprimés en termes de votre prochaine opportunité. Racontez cette histoire d'une manière authentique et convaincante, et vous aurez maîtrisé tous les trucs du livre.